Fandom

WikiParoles

Francis Cabrel/Les pantins de naphtaline

< Francis Cabrel

52 935pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Cette page à été générée automatiquement via un robot (un programme) et doit donc maintenant être validée par un humain. Vous pouvez le faire simplement en vérifiant cette page, puis en retirant la ligne du début contenant : {{Généré par un robot}}.

Voir aussi la page Francis Cabrel sur le site USDCF.org

La chanson « Les pantins de naphtaline » a été interprétée par Francis Cabrel


Paroles de la chanson :

La petite fille de mes dimanches
Mettait toujours sa jupe plissée
Elle marchait raide comme une planche
Pour pas salir le verni des souliers
Si ses boucles brillaient au soleil
Elles sentaient les bigoudis de la veille
Elle portait sa couronne d'épines
Pauvre pantin de naphtaline
On me mettait des socquettes blanches
On me faisait la raie sur le côté
Dans mon beau pantalon du dimanche
J'allais faire semblant de prier
J'arrivais le premier à l'église
Pour ne pas que les autres médisent
On mettait les enfants en vitrine
Pauvres pantins de naphtaline
J'aurais toujours au fond de moi
Cette image jaunie
Cette odeur d'autrefois
J'aurais toujours au fond de moi
Mais aujourd'hui je quittais mon village
Dans mon quartier, pas de clocher
Et les gamins du quinzième étage
Emmènent leurs copines au ciné
Mais chaque fin de semaine
Il y a des images qui reviennent
Et chaque fois qu'un samedi se termine
Je revois les pantins de naphtaline
J'aurais toujours au fond de moi
Cette image jaunie
Cette odeur d'autrefois
J'aurais toujours au fond de moi
La petite fille de mes dimanches
Qui mettait toujours sa jupe plissée
Et qui marchait raide comme une planche
Pour pas salir le verni des souliers
La petite fille de mes dimanches
Qui mettait toujours sa jupe plissée
Et qui marchait raide comme une planche
Pour pas salir le verni des souliers
Logo-gracenote.gif Les paroles de cette chanson sont diffusées légalement sur Internet dans le cadre d'un accord de licences entre les sociétés Gracenote, Inc. et Wikia, Inc.. Voir les Conditions d'utilisation.

Liens externes Modifier


Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard