Fandom

WikiParoles

Marie-Paule Belle/Antonio Carlos Maria Brésil

< Marie-Paule Belle

52 935pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Cette page à été générée automatiquement via un robot (un programme) et doit donc maintenant être validée par un humain. Vous pouvez le faire simplement en vérifiant cette page, puis en retirant la ligne du début contenant : {{Généré par un robot}}.

Voir aussi la page Marie-Paule Belle sur le site USDCF.org

La chanson « Antonio Carlos Maria Brésil » a été interprétée par Marie-Paule Belle


Paroles de la chanson :

Je l'appellerais Antonio Carlos Maria Brésil.
Il aurait plein de sel sur la peau, sur les doigts, sur les cils.
C'est l'enfant qui dort dans mes rêves. Se réveillera-t-il ?
Je ne le sais pas.
Il danserait pieds nus sur les couteaux brillants de la mer
Dans la pluie équatoriale d'un piano noir de concert.
C'est l'enfant de mes rêves, il naîtrait sans passé, sans regrets
Et libre déjà.
Il est encore en exil dans ma mémoire.
J'imagine son profil et son histoire.
Je sais que mon rêve a son état civil.

Je l'appellerais Antonio Carlos Maria Brésil
Et nous irions nous cacher dans le labyrinthe des îles.
C'est l'enfant du soleil et du rythme secret de mon sang.
Je l'entends déjà.
Il jouerait d'une flûte en roseau comme un nouveau Dieu Pan.
Il prendrait des poissons rien qu'avec ses chansons dans le vent.
Dans le sable il découvrirait des paillettes de diamant
Et il danserait.
Il est encore en exil dans ma mémoire.
J'imagine son profil et son histoire.
Je sais que mon rêve a son état civil.

Je l'appellerait Antonio Carlos Maria Brésil.
Sans même s'en apercevoir, il traversait les villes.
Dans toutes les cités mortes il ranimerait les brasiers
Et on le suivrait.
Son rire ferait voler en éclats les murs des prisons
Et à pleines dents il mordrait dans les fruits de la passion.
On l'appellerait Antonio Carlos Maria Brésil
Un jour, s'il venait.
Mais nous rencontrera-t-il ? Je veux le croire.
J'imagine son profil et son histoire.
Je sais que mon rêve est encore en exil.
Logo-gracenote.gif Les paroles de cette chanson sont diffusées légalement sur Internet dans le cadre d'un accord de licences entre les sociétés Gracenote, Inc. et Wikia, Inc.. Voir les Conditions d'utilisation.

Liens externes Modifier


Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard