Fandom

WikiParoles

Michel Bühler/La Boillat vivra

< Michel Bühler

52 940pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Voir aussi la page Michel Bühler sur le site USDCF.org

La chanson « La Boillat vivra » a été interprétée par Michel Bühler
et apparaît sur l'album Passant (2008)

Paroles de la chanson :

C'est une longue vallée, là-bas dans le Jura
Des villages posés comme ça, du haut en bas
Des montagnes, tout autour des forêts, des prairies
Des gens et leurs amours et leur toute simple vie
Des gens durs à l'ouvrage et depuis la nuit des temps
Taiseux comme l'hiver mais les yeux pétillants
Mais les yeux malicieux. La plupart ouvriers
Et debout bien avant que le jour soit levé
Une usine y a planté ses bâtiments tout gris
Entrepôts, ateliers, cheminées, fonderie
Et parce qu'on y travaille, et ça fait des années,
On a, ma foi, c'est vrai, presque fini par l'aimer

{Refrain:}
Comment appelez-vous
Quelqu'un qui met l'argent,
Le pognon, les gros sous,
Avant la vie des gens ?
Quelqu'un qu'est prêt à tout
Froidement, pour trois ronds
Ça doit avoir un nom ?

De lointains décideurs, tueurs de profession
Ont condamné à mort et d'un coup de crayon
L'usine nullement vieillotte ou dépassée
D'où sortaient des merveilles d'alliages et d'acier
Les gens polis ont dit "Pardon, une question"
La réponse a fusé "Pas de négociations
Vous n'avez aucun droit vous n'êtes rien pour nous
Quel culot, ma parole ! Pour qui vous prenez-vous ?"
Face à tant de hauteur, face à tant de mépris
Votée la mort dans l'âme, une grève a suivi
Votée, visage grave, l'angoisse sur le front
C'est la première fois qu'on ose dire non

{au Refrain}

Oh, la fraternité dans l'usine occupée
La calme certitude qu'au bout l'on va gagner
Et puis, passent les jours, les semaines, les mois
Le courage s'épuise, le courage s'en va
Et c'est une défaite, encore une de plus
Jusqu'à quand les sanglots et les causes perdues ?
Faudrait-il pour autant renoncer au combat
Et se taire, accepter, faut-il baisser les bras ?
Qui dira à quel point ce monde est odieux
Et puant la charogne et méprisable et vieux ?
Ah ! quand viendra la fin, la fin de l'arrogance ?
Ah ! quand se lèvera l'aube de l'espérance ?

{au Refrain, x2}
Logo-gracenote.gif Les paroles de cette chanson sont diffusées légalement sur Internet dans le cadre d'un accord de licences entre les sociétés Gracenote, Inc. et Wikia, Inc.. Voir les Conditions d'utilisation.

Liens externes Modifier


Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard